Les derniers asiatiques noirs

IMG_20180824_090248_213.jpg

Les jarawas font partie des communautés noires installées en Asie depuis 70 000 ans. L’homo sapiens sapiens a quitté l’Afrique il y a des millions d’années pour s’établir en Europe, en Asie, en Amérique et en Australie. Les jarawas sont des descendants directs de ces africains explorateurs. Contrairement à leurs voisins chinois et indiens, le phénotype des jarawas a très peu muté. Ceci s’explique peut-être par le fait qu’il vivent tout au sud de l’Asie, dans les îles Andaman, sous une latitude où l’exposition au soleil est similaire à celle en Afrique centrale.

Les Jarawas rejettent la société moderne. Ils conservent un mode de vie ancestral. Ils cueillent, chassent, pêchent et cultivent des racines. Chez eux, pas de hiérarchie ou de propriété. Ils vivent dans la parfaite équité et dans le partage absolu. Il n’y a pas de chef, le pouvoir réside dans la communauté rassemblée. C’est un peuple tournée vers le vivre-ensemble, et non l’individualisme et la possession de biens. Chez eux pas d’argent, pas de télévision, pas de téléphone ou d’internet mais pas de guerre non plus, pas de meurtre ou de vol.

IMG_20180824_090248_232

Malheureusement leur existence est en train d’être polluée par la venue récente de milliers de touristes qui les visitent lors de safari humain et qui leur donne du tabac, de l’alcool et des vêtements en échange de photos d’eux. Les touristes les contaminent également avec des grippes qui les tuent. Les jarawas sont aussi en danger de disparition à cause des routes qui sont construites sur leur territoire et qui détruisent la forêt où ils habitent, la végétation qui les guérit et les animaux qui les nourrissent. Ils étaient environ 70 000 lorsqu’ils ont été découvert il y a quelques années, ils ne sont plus que 400. Un documentaire intitulé « Nous sommes l’humanité » est paru en mai 2018 pour alerter sur cette extermination moderne.

Safia Enjoylife

Publicités