Carter G. Woodson, le père du Black History Month

Carter Godwin Woodson est le second noir à avoir obtenu un doctorat de la prestigieuse université de Harvard, le premier étant W.E.B Dubois. Son parcours est exceptionnel car rien ne le destinait aux carrières d’historien, écrivain et journaliste qu’il a mené brillamment. Né en 1875, il était le 4e d’une fraterie de sept enfants et il a commencé sa vie en travaillant, tantôt aux champs, tantôt à la mine, pour aider ses parents à subvenir aux besoins de sa grande famille. Il n’a intégré l’école que très tard, en fin d’adolescence, mais malgré tout il a excellé au point de boucler un parcours de quatre ans en seulement deux ! Ensuite il a travaillé pour le gouvernement américain qui l’a envoyé en mission aux Philippines. Carter en a profité pour voyager partout et découvrir d’autres cultures. Il s’est rendu compte que dans les autres pays, les autochtones connaissaient leur histoire et pratiquaient un folklore séculaire.

carter-woodson-9536515-1-402-1.jpg
Carter G. Woodson

En rentrant aux États-Unis, Carter a décidé d’étudier l’histoire et il a abouti au doctorat. Son diplôme en poche, il a orienté ses recherches sur l’histoire des noirs aux États-Unis afin de restituer la vérité sur les différentes formes de résistance pendant l’esclavage et de mettre en lumière des personnages noirs brillants tels que des inventeurs ou des héros de guerre. Par la suite, Carter G. Woodson a initié la semaine de l’histoire des noirs chaque février. Le succès de cette opération a été tel que non seulement la semaine s’est finalement étendue au mois mais en plus elle est devenue un temps fort du calendrier américain. L’objectif de Carter G. Woodson était de profiter de cet événement annuel afin de répandre ses connaissances dans un maximum d’écoles et d’universités.

51x+3-gla1L._SX315_BO1,204,203,200_.jpg

Néanmoins Carter ne s’est pas contenté d’un seul mois pour propager sa connaissance, il a écrit une douzaine d’ouvrages dont le plus fameux est « the mis-education of the negro », une réflexion sur le démantèlement psychologique de la population noire par les occidentaux. Carter a de nombreux autres mérites, dont celui d’avoir créé une maison d’édition pour les auteurs noirs, ainsi qu’un journal pour la communauté noire et une association en faveur de la valorisation de l’histoire des noirs. Il est d’ailleurs considéré comme le père de l’afrocentrisme, c’est à dire le fait de connaître sa culture et de maîtriser sa propre histoire avant celles des autres.

264b2f56-b9c5-4fc5-9ea9-7e2b66cd0cab-banner

Carter G. Woodson est décédé en 1950 mais son héritage lui survit chaque février. Il est commémoré parmi les guerriers modernes qui ont mené et qui mènent le plus difficile des combats : l’émancipation mentale !

Safia EnjoyLife

Publicités