Une mentalité différente se construit grâce à une représentation différente !

Screenshot_20190801-094741_Instagram

Les enfants africains et métis grandissent en subissant un matraquage visuel des normes de beauté occidentales. C’est subtil mais lorsque leur cerveau en formation est exposé du matin au soir à un seul modèle de beauté, de réussite et de puissance dans les publicités, dessins animés, magazines, films, séries, manuels scolaires et jeux, irrémédiablement ces enfants finissent par associer l’excellence à une seule communauté qui n’est pas la leur. En outre, le fait que leur apparence soit très peu représentée dans les sphères de l’intelligence, du succès et de la beauté, et qu’en parallèle elle soit sur-représentée dans la criminalité et l’échec, provoque un rejet inconscient d’eux-même. C’est un phénomène  naturel lié à l’instinct de survie. Le cerveau nous pilote loin des situations d’échec et tend à nous rapprocher des situations favorables à la réussite. On a pu constater les dégâts psychologiques sur la génération qui a grandi avec le matraquage du canon de beauté Barbie blonde aux yeux bleus.

regardez cet extrait à 16:50mn

Et avant ça, une expérience a été menée dans plusieurs écoles françaises à l’époque où la diversité ethnique n’existait pas autant. Cette expérimentation a été concluante : un enfant veut systématiquement ressembler à la majorité afin de garantir son intégration au groupe et donc sa survie. L’humain est programmé pour vivre en groupe. Il s’en sort moins bien isolé. Subséquemment, lorsque l’environnement visuel d’un enfant africain est envahi d’une majorité de modèles européens qui symbolisent systématiquement la réussite et la beauté, le cerveau de cet enfant finira par le piloter inconsciemment vers le fait de ressembler physiquement à ces modèles et de tisser des liens étroits avec ces modèles afin d’intégrer la sphère de la réussite et de la beauté.

Le rejet inconscient de soi-même peut s’exprimer plus tard par le choix d’une compagne / d’un compagnon hors de sa communauté et par des transformations physiques très marquées chez les femmes, entre autres conséquences.

L’un des moyens les plus efficaces d’éviter ce rejet de soi et de sa communauté est de consteller l’environnement des enfants africains avec des représentations positives d’eux-mêmes. Les poupées africaines se sont énormément développées ces dernières années. Elles sont une excellente source d’estime de soi car les filles passent beaucoup de temps avec.
Voici quelques adresses Instragram de créatrices de poupées:
@les.poupees.dor
@yana.dolls_guyane
@sibahlecollection
@makedaadolls
@offdhookcreations
@herstorydoll
@malavilledolls
@nubiakemita
@hellonanadolls

 

 

N’hésitez pas à compléter avec d’autres noms de créatrices en commentaire.
Les livres, les films, les jeux vidéos et les dessins animés arrivent à grand pas. Le progrès  de la condition des africains passera par la représentation dans la culture populaire car des enfants qui s’apprécient deviendront des adultes qui:

– croient en leur potentiel de réussite,

– possèdent la confiance nécessaire pour oser entreprendre et accomplir des prouesses,

– reconnaissent la valeur de leurs compatriotes et soutiennent leurs initiatives,

– ne ressentent pas de complexes qui poussent à empêcher l’avancement de son frère ou de sa soeur,

– font preuve de l’abnégation qui amènent aux réussites prodigieuses.

Le changement de mentalité et de comportement arrive à grands pas à notre rencontre ! Patience !

Safia Enjoylife

 

5 commentaires sur « Une mentalité différente se construit grâce à une représentation différente ! »

  1. Merci pour cet excellent article! C’est vrai que les noirs manquent de représentation positive dans les médias traditionnels. Je partage 2 livres pour enfants où les noirs sont représentés positivement: « Comme un million de papillons noirs » de Laura Nsafou et Barbara Brun, « Sulwe » de Lupita Nyong’o (je ne pense pas qu’il soit disponible en francais). Il y a aussi « Hair Love » un court-métrage de Sony Pictures qui est disponible sur YouTube. Dernier partage les romans fantasy de l’auteure Tomi Adeyemi qui raconte l’histoire d’une ado noire qui se bat pour son peuple.

    J'aime

  2. Merci beaucoup de continuer à marteler les esprits avec ce type d’article. Oui je pense très sincèrement que le changement viendra par la reprogrammation de notre façon de penser. Nous devons effectivement, le plus possible, mettre en lumière encore et encore nos icônes, nos héros, enseigner nos victoires afin que nous soyons fiers de nous même, afin que nous nous identifions justement à nos semblables si un noir peut réussir dans n’importe quel domaine, n’importe quel autre noir, peu importe l’endroit où il se trouve sur terre, trouvera la force de réussir lui aussi car il s’identifiera à son héro.

    Aimé par 1 personne

  3. Merci beaucoup de continuer à marteler les esprits avec ce type d’article. Oui je pense très sincèrement que le changement viendra par la reprogrammation de notre façon de penser. Nous devons effectivement, le plus possible, mettre en lumière encore et encore nos icônes, nos héros, enseigner nos victoires afin que nous soyons fiers de nous même, afin que nous nous identifions justement à nos semblables si un noir peut réussir dans n’importe quel domaine, n’importe quel autre noir, peu importe l’endroit où il se trouve sur terre, trouvera la force de réussir lui aussi car il s’identifiera à son héro.

    Aimé par 1 personne

  4. Cet article est brillamment rédigé et touche des problématiques que nous les noires avons eu à nous rencontrer au moins 1 fois. Je crois vivement dans un futur où nous serons des piliers les uns pour les autres, en nous prenant pour exemples et concurrents, alliés et non ennemis. Merci Safia, you rock

    Aimé par 1 personne

  5. Bravo pour cet article clair et juste ! Pour les unions, ce sont les occasions surtout qui les favorisent. Il est donc urgent, par l’instruction, de hisser les filles et les garçons noirs vers des activités culturelles, économiques et politiques où ils pourraient se retrouver et se regarder d’un oeil favorable. Tout espoir est presque perdu quand on émerge tout seul de la « communauté » des Noirs pour se retrouver dans un univers de Blancs… Encore bravo !

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.