le roi Béhanzin, le dernier rempart du Dahomey

ob_ebce70_20190429-165419
le roi Béhanzin escorté par des dames de la cour

L’idée erronée que les rois africains ont vendu leurs sujets aux esclavagistes européens en connaissance de cause a circulé pendant de nombreuses décennies dans le but de diviser africains du continent et africains de la diaspora. Un second objectif pour les gouvernements européens était de partager la responsabilité de ce crime contre l’humanité avec les victimes de ce crime. Cependant dire que « ça n’aurait pas eu lieu sans la complicité des africains qui vendaient leurs frères et sœurs » revient à culpabiliser une femme violée d’avoir accepté sous la menace d’une arme d’accompagner le violeur dans un sous-bois lugubre. Le problème n’est pas la décision de certaines victimes de coopérer pour rester en vie mais la décision de l’agresseur.

B_972332101_FR_620639705_001_0077a_t_screen.jpeg
le roi Béhanzin à Fort-de-France en Martinique

Concernant les rois cette version n’est d’autant pas crédible que s’ils vendaient leurs sujets et notamment les hommes les plus robustes, qui allaient défendre la nation contre leurs voisins rivaux  ? Sachez qu’en réalité la quasi-totalité des rois africains a résisté à l’invasion européenne au prix de leurs propres vies. Ils ont défendu leurs peuples contre l’asservissement jusqu’à leur dernier souffle. Un exemple méconnu est celui de Béhanzin, le roi du Dahomey de 1890 à 1906. Malgré le surnombre de l’envahisseur français, malgré l’infériorité technologique de son armée face aux fusils et aux canons, le roi Béhanzin s’est illustré par sa détermination à résister. Dans une dernière lettre il a écrit « Je n’accepterai jamais de signer aucun traité susceptible d’aliéner l’indépendance de la terre de mes ancêtres ». Il fut vaincu en 1906 au bout de 2 ans de lutte honorable, puis exilé en Martinique afin de l’empêcher d’organiser un soulèvement contre les français. Il est mort d’une pneumonie la même année à cause des conditions de transport en bateau.

 

97f42de5de4b4c58a8d9ade7e372acc0
dernière photo du roi Béhanzin avant son décès en 1906

Les colons français souillèrent sa dignité en le diffamant après son décès. Les exemples de rois et d’empereurs africains qui ont refusé de céder leur peuple aux esclavagistes européens sont extrêmement nombreux. Retenez parmi eux, le nom de Béhanzin, roi du Dahomey (Bénin actuel), celui de Chaka Kasenzangakhona, l’empereur des  Zoulous (Afrique du Sud), celui de Samory Touré, empereur du Wassoulou (Guinée) ou encore celui de Ménélik, empereur d’Éthiopie.

 

Safia Enjoylife

Un commentaire sur « le roi Béhanzin, le dernier rempart du Dahomey »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s